J'ai lu The End Of The World Running Club - Version française de Adrian J. Walker

S'il y a bien un moment où je peux lire un gros pavé, c'est bien quand je suis en vacances. Encore faut-il que le pavé soit intéressant. Sinon, bonjour l'ennui !

N'ayant embarqué que deux bouquins, devant finir le premier, j'ai quand même prévu le coup en lisant le début pour voir si ça pourrait le faire... et... comment vous dire, j'étais un peu pressée de connaître la suite, difficile même de lâcher le bouquin pour finir le premier, hihihi.

Ce bouquin, c'est The End of the World Running Club de Adrian J. Walker, et pour bien préciser, malgré le titre en anglais, le livre est bien en français.

 

The end of the world Running club

Edgar Hill, 35 ans, père de 2 jeunes enfants: Alice et Arthur, mari de Beth, est un peu absent. En fait, tout est prétexte à fuir le quotidien sachant qu'il est père... une bonne excuse pour se laisser aller... jusqu'au jour où l'impensable arrivera, une sorte de fin du monde.

Il finira par être séparé de sa famille de 800kms, et il s'avérera vite que courir sera son seul moyen d'y parvenir. S'en suivra une course contre la montre.

A noter, l'auteur, Adrian J. Walker, est publié pour la première fois en France avec ce livre.

The End of the World Running Club coûte 19,95€ en version Broché, et on le trouve aussi en version Kindle à 12,99€ sur Amazon.

 

Mon avis

Comme je le disais en intro, les premières pages m'ont mises en haleine.

Et par la suite, je n'ai pas été déçue, même si le suspense n'est pas exponentiel, il reste constant.

Jamais je ne me suis ennuyée, j'étais toujours sur ma faim quand je refermais le livre.

Le fait qu'il soit père d'Alice et Arthur, tous deux un chouilla plus jeunes que les miens, bien-sûr, je n'ai pas pu faire autrement que de m'identifier à Ed... (ou plutôt à Beth). Cela a forcément rendu le bouquin encore plus captivant.

J'ai englouti les 558 pages en 22 jours, autant dire un exploit pour moi ces temps-ci (bon, heureusement qu'il y avait les vacances quand même). J'aurai pu lire plus, mais j'avais aussi un gros rattrapage de magazine en retard :-(((

Le seul truc, c'est qu'il faut attendre à peu près la moitié du livre pour qu'il se mette à courir...donc je me demandais s'il allait y aller un jour. Ceci dit, la première moitié est tout à fait intéressante. Si je dis ça, c'est surtout par rapport au titre du livre et au 4ème de couverture. Je m'attendais à lire 500 pages d'un homme qui coure, mais c'est pas tout à fait ça. Faut juste peut-être le savoir avant.

Pour le reste, et bien, le mieux c'est de le découvrir vous-même. Parce que sinon, ça ne vaudrait pas le coup de le lire, hein ?!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Retour à l'accueil